Bienvenue

             

Quels sont les moyens de prévention ?

Prévenir l'escarre, c'est agir tôt en amont de l'apparition d'une rougeur irréversible.
La vigilance de tous est nécessaire, une prévention efficace est possible.

Les actes préventifs efficaces :

1. Mobiliser le patient

Il est nécessaire de changer régulièrement de position la personne à risque d’escarre qu’elle soit allongée ou assise. Cela permet de soulager la pression au niveau des points d'appui et d’alterner les zones d’appui. Il est nécessaire de sensibiliser la famille à effectuer des changements de position toutes les 2 à 3 heures.

ATTENTION : Pour changer le patient de position, il faut éviter tous les frottements et donc se mettre à plusieurs pour soulever et installer le patient en position stable et confortable.

En pratique, c’est souvent l’infirmière et/ou l’aide-soignante qui sont amenées à réaliser ce geste : n’hésitez pas à en discuter avec elles.

Les bonnes positions à adopter :

  • La position allongée sur le côté à 30° (décubitus semi-latéral à 30°) est une position idéale car elle atténue la pression sur les différents points d’appuis (talons, hanches et sacrum) grâce à l’utilisation de plusieurs coussins (sous la tête, au niveau du dos et des fesses afin d’incliner le corps à 30° et entre les jambes pour éviter le frottement au niveau des talons et des chevilles).
  • La position demi-assise avec le buste relevé à 30° maximum est une position préconisée mais présentant un faible risque tout de même au niveau du sacrum.
    Il est conseillé de relever les pieds avec un coussin pour éviter le glissement.
  • La position assise au lit est préconisée uniquement pour les repas.
  • La position assise au fauteuil est permise avec le dossier incliné en arrière pour diminuer les pressions. Il faut également placer un coussin (forme carrée) à la base du dos et sous la plante des pieds et des oreillers (forme rectangulaire) sous les cuisses pour éviter le glissement en avant.

2. Diminuer la pression exercée par le poids du corps par des supports adaptés

L'utilisation de matelas anti-escarres va permettre une diminution de la pression en répartissant cette force de pression sur une plus large surface d'appui.

Il existe également des coussins de prévention de l’escarre à choisir en fonction de chaque personne et de son niveau de risque.

Demandez conseil au personnel soignant (Infirmière, aide-soignante) et à votre pharmacien.

3. Autres moyens à mettre en place

Surveiller l’état nutritionnel du patient

La dénutrition est un facteur de risque de survenue de l’escarre. Un patient dénutri a une peau très fine, donc moins ferme mais également moins de masse musculaire et graisseuse pour résister aux pressions subies par le corps.

La dénutrition se caractérise par :

  • Un IMC (Indice de Masse Corporelle) faible : IMC < 21.
    Pour calculer l’IMC il faut diviser le poids (exprimé en kilogrammes) par la taille au carré (exprimée en mètre).
  • Une perte de poids importante et récente.

On peut remarquer également qu’un patient est dénutri s’il a un appétit faible et ne mange pas à chaque repas.

Pour aider les patients à retrouver et maintenir un équilibre nutritionnel, en complément de mesures diététiques, il existe des compléments nutritionnels spécifiques de l’escarre disponibles en pharmacie.

Demandez conseil à votre pharmacien.

Maintenir l’hygiène corporelle

Il est indispensable que le patient ait une hygiène satisfaisante. Une toilette quotidienne avec des produits doux et non irritants est nécessaire, sans oublier de bien sécher le patient en tapotant délicatement la peau (évitez les gestes de frottement, trop agressifs pour la peau fragile).

Profitez des actes de toilette pour observer les zones à risque et appliquez Sanyrène par simple effleurage.

Protéger le patient incontinent

Certaines personnes souffrent d’incontinence urinaire et/ou fécale qui entraîne macération et frottements de la peau et aggrave le risque de survenue d’une escarre. Il est essentiel de leur assurer un niveau d’hygiène suffisant et de choisir des protections (couches, changes…) dont le niveau d’absorption est adapté à l’importance de l’incontinence.

N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre pharmacien.

Surveiller la peau des zones à risque

Lors de chaque changement de position, la surveillance des points d’appui doit être systématique afin de détecter tout signe précoce de rougeur cutanée (se reporter aux Stades de l’escarre).

Utiliser un traitement local préventif (huile hyperoxygénée SANYRENE)

Une étude observationnelle de très large envergure (plus de 1 000 patients à risque) a montré que l’utilisation de Sanyrène, huile de prévention par effleurage des zones à risque, en association à l’ensemble des mesures préventives mentionnées ci-dessus, permettait de réduire plus de 50 % * la survenue d’escarre.

* Meaume S, Colin D, Barrois B, et al. Preventing the occurence of pressure ulceration in hospitalised elderly
   patients. Journal of Wound Care 2005; vol 14, n°2 : 78-82.